Skip to main content

Déguisez-vous en vacances

Pendant les vacances, il y a les apéros, les barbecues, les fêtes, les anniversaires… les soirées à thèmes et… les soirées déguisées !

Aujourd’hui, on va causer déguisement !

Nous sommes invités chez une copine qui fête ses 40 ans en août. Elle a décidé de faire un anniversaire à thème. Elle a sorti de Stars wars de son chapeau ! Le problème c’est que chez moi, à part en lego, du stars wars, on en en pas. On a 2 costumes d’indiens mais dans stars wars, cela ne colle pas !

On se met à fouiller pour retrouver le déguisement de Dark Vador d’Esteban mais il n’en reste que le sabre. J’avais oublié que le chat avait fait son pissou sur la cape de l’empereur ! Adieu le cadeau de Noël. Erf !

La chasse du déguisement qui ne fasse pas cheap est ouverte

À côté de chez moi il y a un seul GiFi qui n’a pas beaucoup de choix. On cherche donc 3 déguisements et Chewbakas va tenir clairement trop chaud avec 30 degrés en août.

Arrêt sur magasin Deguisetoi.fr

Il y a tous les grands thèmes : Harry Potter, la Reine des neiges, les indestructibles, Brice de Nice (c’est la première fois que je vois la tenue de Brice en déguisement !) et surtout il y a… Stars wars.

Les prix sont accessibles et les déguisements ne font est pas cheap. Les avis d’internautes sont positifs, feuilletons.

Esteban choisit un star trooper que l’on reçoit très rapidement. J’ai pris la taille au-dessus pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Le déguisement rend très bien, il passe à la machine. Il pourra le mettre et le remettre. Je vous mets quelques photos avec le sabre laser qui a survécu au chat.

 La pause avec le sabre. Les troopers n’ont pas de sabre, je sais, je sais ! Le vêtement n’a pas de plastron en plastique, du coup pour la machine à laver c’est top ! (Je suis 100 % practico pratique)

Le site Déguisetoi c’est le bon plan !

Que visiter en Guadeloupe #4 Petite Terre, la magie <3

Avant d’embarquer pour la Guadeloupe, nombreuses sont les personnes à m’avoir dit “surtout vas visiter Les Saintes !” et pour tout vous dire, nous n’y avons pas été. Nous sommes allés à Petite Terre dont je n’avais jamais entendu parlé. Petite Terre est en bas à droite sur la carte et c’est certainement une de mes expéditions préférées de tous mes voyages confondus.

petite terre, guadeloupe, juliette merris

Le départ à Petite Terre et la question du mal de mer

On demandais à la dame qui tenait les réservations si l’on pouvait avoir le mal de mer sur le trajet en bateau de Saint-François à Petite Terre. Elle promet-jure que c’est impossible dans cette vedette. Pendant un bon quart d’heure, nous l’avons asticotée sur ce point et lorsque le bateau a démarré, je peux vous dire qu’on a tous compris que personne aurait le temps d’avoir le mal de mer !

petite terre, guadeloupe, juliette merris

Nous sommes 11, de 6 à 60 ans, l’embarquement est à 7 h du matin.

Nous sommes donc à 6 h 45 au bord du quai excités et impatients car l’accueil nous avait expliqué que si on arrivait dans les premiers on verrait les tortues, les requins citrons, les poissons… puisque l’île serait pour ainsi dire déserte… de présence humaine.

7 h 15, nous embarquons stressés et ronchons sur le Butterfly, une modeste vedette de 900 chevaux . Les skippers, Ronald et Max très sympathiques restent très détendus quand à notre arrivée dans les premiers. Les hommes qui n’arrêtaient pas de répéter pendant toute la semaine “Hé ! On va lui demander de pousser les moteurs, hein !” ont subitement changés de formule le trajet pour : “Oh purée, oh purée, oh purée ! On est en train de doubler une autre vedette là ?” “Tiens fort les gosses ! tiens fort les gosses !” Il y avait des vagues.

petite terre, guadeloupe, juliette merris

Nous sommes donc arrivés à Petite Terre les premiers

La plage est moche, dommage !

petite terre, guadeloupe, juliette merris

 

On a vraiment pas eu de chance, il y avait un requin citron dans nos pieds ! Et c’est pour ça que je vous recommande le Butterfly avec Ronald et Max pour visiter petite Terre car ce n’est que le début. Avant que les autres bateaux arrivent, on a eu l’île pour nous.

 

petite terre, guadeloupe, juliette merris

On cherchait les iguanes, il y en a plein sur l’Ile. Les enfants étaient très concentrés, menacés par Max et Ronald de rentrer à la nage si on en voyait pas. on a donc ramené les preuves en photos.

petite terre, guadeloupe, juliette merris

petite terre, guadeloupe, juliette merris

A cet instant Paris me manque, il y fait – 10°, c’est la semaine où les médias paniquent parlant d’une vague de froid. Nous sommes en février. Je suis nostalgique de la grisaille, ma grisaille. (Nan, je rigole, ou j’ai trop bu de planteur !)

Je vous ai dit que la plage était moche ?

petite terre, guadeloupe, juliette merris

 

Pause repas

Les petits oiseaux sur la table sont des sucriers et comme leur nom l’indique, ces oiseaux sont complètement diabétiques ! Ronald nous explique plein de recettes locales ! Et moi, je me suis découvert une passion pour le rhum !

 

petite terre, guadeloupe, juliette merris

Ici, à proximité des masques oranges se cachent les tortues qui remontent pour respirer, une raie et des poissons colorés. C’est Max qui nous a indiqué l’endroit après la pause repas.

petite terre, guadeloupe, juliette merris

Le retour direction Désirade et Guadeloupe

La visite s’est poursuivie sur l’île de la Désirade et pour le retour, Ronald et Max ont relancé les 900 chevaux de leur Butterfly. Je voulais que mon fils prenne confiance en lui. Il avait envie d’aller à l’avant du bateau parce qu’on voit mieux, parce que “ça tape plus fort”, pour un peu plus d’adrénaline aussi mais il est prudent, il est zéro risque à neuf ans. En super mère diplomate et pédagogue, je l’ai emmené à l’avant du bateau contre sa volonté “Ecoute ta mère, point. Il y a des occasions à ne pas rater !” Et en effet, on a eu une surprise, on a fait des rond à presque 90°.

petite terre, guadeloupe, juliette merris

 

Mon fils a adoré, hurlant “youhou !” youhou !”, c’est Ronald qui le tenait (au cas où).

A la toute fin, Ronald et Max ont fait monter les enfants sur l’avant du bateau ! C’était génial ! Si vous vous voulez retenir le bon plan pour Petite Terre, c’est le bateau Butterfly de la marina Saint-François.

90 € / personne. Journée complète, repas inclus.

Retrouver les volets sur la guadeloupe 1 et la guadeloupe 2

La Guadeloupe #2 Les plages, la mangrove, le canoë, le paddle

On reprend la suite du voyage en Guadeloupe côté caraïbes

8 – Les plages

Quand vous vous levez, vous devez choisir sur quelle plage guadeloupéenne aller bronzer. Vous pouvez choisir la couleur du sable, blanc, caramel, noir et ça, psychologiquement c’est super dur !

 

Voilà notre plage :

La plage de sable noir. (Le restaurant des cocotiers dont je vous ai parlé est à gauche)

Les rochers de la pointe des châteaux, magnifique de l’autre côté

Nous n’avons pas été à la plage Caramel, mais je vous la recommande ! Il y a une vingtaine de plages différentes, c’est bien là le souci, vous l’aurez compris.

9 – La Mangrove

On a fait une après-midi en canoë dans la Mangrove, pour voir une Mangrove en vrai. Il y a peu de photos car prendre des photos en pagayant c’est faire tomber son appareil photo assurément. L’après-midi était calme, contemplative et musclée pour les bras. Nous étions 3 par canoë. Le moteur à l’arrière (mon homme), le contre-maître au milieu (Esteban) et le pilote de guidage devant (moi). Je ne sais pas quoi vous raconter, il faut juste admirer et c’est tout.

 

10 – Le paddle

Le paddle, c’est mon truc. Je n’aurai jamais eu l’idée d’en faire si notre logement n’en avait pas eu. Je ne voyais ni le plaisir ni l’intérêt de ramer sur une planche en étant debout et pourtant quasiment tous les matins, on sortait les paddles et c’était cool. Les enfants adoraient et moi, je faisais mes allers-retours longeant plage en paddle. Il n’y a pas de photos, je vous épargne mon royal fessier en bikini sur une planche !

Au prochain billet, on attaque le volcan !

 

Que visiter en Guadeloupe #1 L’avion, dormir et manger, les cascades

Il y a 1 an, je vous demandais des conseils sur facebook pour une réservation de vol en direction de la Guadeloupe et vous m’avez donné de nombreuses idées que j’ai utilisées. Alors c’est parti, je vous amène en Guadeloupe !

Voici la carte de tout ce que nous avons visité en 15 jours

Combien ça coûte :

Suivant vos conseils, j’ai réservé sur air France, nous avons réglé 2000 euros allée/retour pour 3 personnes en période estivale pour l’ïle, c’est à dire février pour la métropole. Pensez à prendre de l’anti-moustique et de la crème solaire car le prix du tube le moins cher sur l’île est de 28 € soit le double de la métropole. Nous avons passé 2.5 tubes en 15 jours à 3.

Dans la valise, mettez de quoi randonner, de quoi se baigner, une ou 2 tenues chaudes pour le soir et les randos, le reste en t-shirts, shorts et tongues. Quelques médicaments dont de l’osmogel si vous fraternisez de trop près avec les oursins.

Il va y avoir 4 billets :

  • #1 L’avion, dormir, manger, les cascades Guadeloupéennes
  • #2 Les plages, la mangrove, le canoé, le paddle
  • #3 Le volcan de la souffrière
  • #4 Petite terre : la magie <3 !

1 : Se loger en Guadeloupe :

Les conditions d’hébergement ont nécessité un temps d’adaptation. Piscine ou plage, on ne savait pas par quoi commencer, on ne maîtrisait pas bien les boutons du Jacuzzi, un vrai calvaire ! Pendant ce temps, à Paris, il faisait – 10°.

Nous étions à Saint-François, regardez sur la carte. L’avantage incroyable a été la place au fond du jardin, on y allait tout le temps, on avait accès à la barrière de corail tous les jours, en canoë, nous pouvions voir des poissons colorés à volonté sans bateau à fond de verre payant. De ce côté de l’île l’eau est chaude, il y a de nombreuses plages. Le hic, c’est que la majorité des activités et les cascades se trouve dans la partie gauche de l’île ce qui donne entre 1h30 et 2 h allée et au bout de quelques jours la fatigue de la route se fait sentir.

 

hébergement guadeloupe

 

2 : On a commencé la visite guadeloupéenne avec le Saut de la Lézarde

Nous voulions en avoir plein les yeux avec une cascade paradisiaque. Comme il y en plusieurs en Guadeloupe nous avons choisi celle du Saut de la lézarde. Samuel avec lu “30 minutes de marche facile”.

Cela ne s’est pas du tout passé comme prévu…

Un panneaux interdit d’accès nous avait pourtant donné un bel indice. Mais… des locaux nous ont dit qu’ils y allaient tout le temps… Et nous, on est des baroudeurs, des vrais randonneurs, lecteurs ! Samuel est un chamois des montagnes ! Bref, on a mis 1 h pour descendre en se cramponnant partout pour ne pas glisser, évitant la boue, les flaques, les racines, les cailloux glissants, cherchant où il y avait un semblant de sentier.

Et… on est arrivé !

 

 

saut de la lézarde guadeloupe

 

C’est là qu’il s’est mis à tomber une belle averse. J’avais bien sûr pris un imperméable et un change complet pour le petit et rien pour les adultes ! Je suis une mère de compétition…

Regardez l’échelle des plantes, leurs racines et les gens, c’est magnifique  !

 

aut de la lézarde guadeloupe

 

Nous voilà post-averse sur le retour pentu, surnommé “le mur”. Le sol dégoulinait d’eau, les plantes dégoulinaient d’eau et nous sommes arrivés à la voiture boueux comme des petits cochons :

 

aut de la lézarde guadeloupe

 

Cette première expédition en Guadeloupe fût mémorable. Esteban a même dit “je ne veux plus faire de rando de toutes les vacances  !“. Moi, je garde pourtant un bon souvenir car je suis rentrée les fessiers dignement propres ! (je suis la seule à ne pas avoir glissé)

3 : Le repos des guerriers mouillés :

A Saint François, on a fait du paddle sous un Arc-en-ciel ! (Comme quoi le ciel est aussi capricieux que magnifique)

 

guadeloupe plage saint-françois

 

On a fait du vélo sur le port le soir !

 

guadeloupe plage saint-françois

 

Et l’arrivée des bateaux de pêches le matin avec les pélicans qu’on a regardé plonger, voler, replonger… Un chouette moment !

 

guadeloupe plage saint-françois

 

4 : En routes pour les chutes du Carbet

Esteban était ra-vis  !

La chute du haut fait 100 m, on voulait la faire. On sentait que le soleil allait encore nous échapper, mais aguerris par l’expédition précédente, tout le monde avait sa tenue-chaude-et-coupe-vent dans son sac !

 

guadeloupe chutes du Carbet

 

Devinez ce qu’il s’est passé 45 minutes après notre départ ?

Une averse  ! Une averse de 5 h  !

Nous étions 6, on a pensé faire demi-tour et les enfants nous ont surpris, ils ont voulu continuer. Résignés, personne a chouiné. C’est là qu’on s’est mis à inventer les proverbes guadeloupéens :

 

 

 

guadeloupe chutes du Carbet

 

Voilà le sentier, c’est le seul tronçon plat. Tout le reste, c’est de la caillasse à escalader !

 

guadeloupe chutes du Carbet

 

 

5 : Le repos des guerriers mouillés à la Pointe de la Vigie :

Au nord de l’île.

 

pointe de la Vigie guadeloupe

pointe de la vigie, guadeloupe

 

6 : La cascade aux écrevisses  :

Notre 3ème cascade fut au soleil, les enfants s’exclamaient “Ouf, il ne pleut pas !” “Ouf, c’est rapide et plat”, “Oh la la, c’est plat !”  La cascades aux écrevisses était la plus petite, la plus accessible. Son nom a un double sens pensez à mettre de la crème !

 

cascade aux écrevisses, guadeloupe

7 : Manger en Guadeloupe !

Je suis végétarienne. Je n’ai jamais aussi bien manger végé qu’en Guadeloupe car même si rien n’est noté au menu, tout le monde vous prépare un plat végé les doigts dans le nez et bien meilleur qu’en France.

Pour les autres, il faut tester :

  • le poulet colombo
  • les accras
  • le buffet des cocotiers
  • le rhum, le rhum, le rhum
  • le cocktail planteur
  • les avocats deux fois plus gros que chez nous, les ananas, les mangues, les caramboles, les fruits à pins.

Voici le restaurant-buffet situé en face de la plage (regardez la carte) il est répertorié sur le guide du routard depuis 10 ans. On peut goûter à toutes les spécialités de Guadeloupe, et tout y boire pour 20 € par personnes.

 

Voilà pour le 1er volet, la suite dans 2 jours !

 

X