Skip to main content

Ma Mamie


Ma grand-mère c’est la fleur de l’automne.
Elle a toujours été un câlin ambulant.

Je vous remercie pour vos mails, je le fais ici car sur l’autre ligne, je n’ai peut-être pas répondu. Je fais des brouillons et je ne les envoie pas car le délais est obsolète. Donc, si tu n’as pas de réponse à ton mail, lecteur, ce n’est pas par snobisme, manque de temps ou que je reçois 300 mails par jour (ce qui est faux) c’est parce que, sur quelques messages, je ne m’organise pas bien.
Une autre chose informative :comme vous le savez, les commentaires sont en modérations, et je n’ai eu à en modérer aucun jusqu’à présent. Hop, ça c’est dit.

A bientôt.

La belle-mère.

Miam, la Belle-Mère ! Allez, je suis sympa, je lui mets des majuscules.
J’adore tout ce qu’elle incarne : la sournoiserie, les coups-bas, les cadeaux de noël empoissonnés, la joute verbale, la manipulation.
C’est un vrai combat, un adversaire de taille, un théatre ambulant, elle déborde d’imagination.
Elle est l’élément pertubateur dans la narration à l’état pur juste par l’évocation de son nom.
Parce que la Belle-Mère avec laquelle tu t’entends, ça n’existe pas, tu l’appelles « la mère de mon chéri » sinon !

Et donc… La Belle-mère a son blog I love BM, mais attention, taillé par la belle-fille et c’est drôle.
Tellement drôle, que ce blog a abouti sur un livre illustré par Diglee.


L’homme pendant la grossesse.


Bonjour à tous,

Le vote du post précédent est bientôt fini. Le 2ème degré a été compris par 99% pour des lecteurs, Pour le 1%, c’est pas grave étant donné que j’ai (encore) fait des fautes dans l’ennoncé et qu’il m’a été impossible de le rectifier sans casser le sondage.
La majorité a donc préféré se délecter de la méthode subtile et lente de l’éducation afin qu’il trouve lui même sa voie (proposition 2), plutôt que fuir les problèmes (proposition 1) ou encore lui servir la réponse sur un plateau (proposition 3).

PS : Avez-vous bien noté que sur la dernière vignette, les petits nuages de la pensée sont orientés vers la bite et non vers le cerveau.

Bonne journée à tous.

Eduquer nos enfants à la parité.

Dans ma famille, on est toutes des femmes libérées.
La parité est un acquis tellement indiscutable, qu’on y pense même plus.
Nous n’avons pas vu arriver cette remarque. Nous ne pensions pas un instant que ce genre de réflexion pouvait trotter dans le cerveau de notre progéniture pourtant issue de notre éducation.

Que feriez-vous ? Un vote est lancé en bas de page les amis.