Skip to main content

Coup de pouce à un livre : Big bang Baby !

Ici tu le sais, c’est 99 % de contenu illustré, du pur jus de blog BD bébé, mon espace mental anonyme et public de femme gaga caricaturée illustrant le sujet le plus banal de l’univers : « l’appel de la forêt » ! C’est chez moi, c’est chez toi, c’est fun et ça me plaît.

Et le 1% restant, qu’est-ce donc ?

C’est pour les copains, les blogueurs, les auteurs et les livres, (en gros).

Je ne vends pas d’espace publicitaire, je ne fais pas de sponsorisation, bien que recevoir des propositions de cadeaux, de partenariats même pour des marques que j’apprécie, soient très intéressant, ce n’est point mon groove.

Par contre, le coup de pouce aux auteurs me tient particulièrement à cœur.

Aujourd’hui c’est livre :

Big bang baby Lucie Citharelle
Le Big Bang Baby de Lucie Citharelle
aux éditions Sokrys.

C’est un récit introspectif analytique.  Le postulat de l’auteur est franc, elle va chercher au fond du fond du fond de ses émotions, elle dissèque dans son livre les montagnes russes du désir d’enfant, de la grossesse, de l’après. Dans la béatitude ou le bad-trip, Elle n’arrondit pas les angles.

Comme à l’accoutumé, j’ai tout lu, et comme à l’accoutumé, place aux extraits :

Voilà, voilà, cet extrait m’énerve parce que c’est ce que j’aurai aimé dire en dessin. J’ai beaucoup aimé son analyse du rapport de la femme enceinte au corps médical. « La comédie de la responsabilité » et « le principe de précaution »…

Big bang baby Lucie Citharelle

Ah le « plafond de l’échelle émotionnelle » le second effet kiss-cool. Je vous mets un extrait sur l’accouchement

Big bang baby extrait

Quand je dis que lorsqu’elle bulle, elle bulle, voilà un extrait. C’est ce que j’aime le moins dans le livre, je ne suis pas sensible à tout ce qui est description affective. J’ai eu aussi ce sentiment en lisant l’autobiographie d’Alfred de Musset. Je suis un bonhomme moi, je n’ai pas pleuré quand j’ai accouché. C’est peut-être ça d’ailleurs.

Big bang baby Lucie Citharelle

La grossesse et les « petites phrases », le regard des autres :

Big bang baby Lucie Citharelle

Quand une mère naît, son amie la culpabilité apparaît :

Big bang baby Lucie Citharelle

Ce livre est est un grand écart émotionnel permanent, il est plus proche comme je le disais plus haut de l’analyse que du témoignage. Elle emmène le lecteur dans son flottement paradisiaque et sous l’eau quand elle se débat dans sa vie d’après, coincée dans le labyrinthe baby-bues. Elle parle aussi de l’allaitement fusion-merveilleuse et fusion-prison, de famille, d’épanouissement personnel, de nounous.

Mon avis personnel sur ce livre :

Les points forts : je dirai le road-trip émotionnel de la maternité. L’exercice couillu de l’introspection est réussi. Les thématiques ne sont pas conceptuelles, elle va droit dedans. Certains passages m’ont parus d’une précision chirurgicale. Si en tant que lecteur, tu veux de couler, te glisser dans la peau d’une femme en plein big bang maternel, ce livre est idéal. Non pas par identification au parcours mais par immersion dans le schéma.

Les points faibles : pour moi, toujours. Je dirai le pathos, l’emphase littéraire. Je parlerai d’une écriture romantique au sens XIX ème siècle. Évidemment que c’est la description des étapes, le traitement du ring émotionnel, la peinture de tous ces contrastes qui est intéressant et donc le décorticage de ceci est important. Mais parfois certains passages ont parus trop appuyés à l’ours que je suis et mon fait sortir de ma lecture intense. C’est peut-être le contraste entre les parties où ma lecture était absorbée par le texte et où elle était normale qui m’a dérangé.

Je vous invite donc sur le blog de l’auteur, faire votre propre découverte car les points que j’ai énumérés en faiblesse sont le point fort d’autres blogueurs.

Le blog de Lucie Citharelle

Les avis de :

PapaCube

A la mère si

One thought to “Coup de pouce à un livre : Big bang Baby !”

  1. Magnifique…
    La dernière partie est tellement juste (enfin pour moi), combien de fois ça m’a angoissé de pas être la mère qui comprends tout à son bébé qui pleure sous prétexte que j’en suis la mère ^^ Mais d’où vient ce genre d’idées reçues?! Résultat culpabilité à fond en public. Aujourd’hui c’est plus facile, juste parce que je me suis endurcie face aux regards extérieurs. Quand mon fils (qui est la majeure partie du temps un ange) fait une crise au supermarché, intérieurement j’envoie bouler bien loin les gens qui nous regardent et ce que j’imagine qu’ils pensent 🙂

    Il donne trop envie de parler de soi ce livre ralala ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *