Skip to main content

145 grossesse : Eduquer nos enfants à la parité.

Dans ma famille, on est toutes des femmes libérées.
La parité est un acquis tellement indiscutable, qu’on y pense même plus.
Nous n’avons pas vu arriver cette remarque. Nous ne pensions pas un instant que ce genre de réflexion pouvait trotter dans le cerveau de notre progéniture pourtant issue de notre éducation.

Que feriez-vous ?

144 grossesse : Etre réaliste face à son corps.

 

Hé oui, c’est déjà le 4ème mois, non pas que ça passe vite, bien au contraire. Mais le trajet du retour fût long.

Petite news :

Le livre Mauvaises Mères tiré du blog de Emma Defaud, Johana Sabroux et Nadia Daam est en librairie.
Le prince charmant n’existant pas, il faut savoir que la mère parfaite non plus.
Avoir un enfant n’est pas la réalisation ultime du destin de la femme, la quête du trophée de la mère parfaite non plus.
Par contre, malgré notre imperfection, nous restons sur notre piédestal, n’est ce pas chers hommes ?
Et vous pouvez toujours nous vénérer inconditionnellement ! ^^

143 grossesse : Le prénom, bah oui, il en faut un !

Donc toujours sur le chemin du retour de l’échographie.
Oui, je sais lecteur, on roule depuis une semaine et demi, mais c’est loin tu sais !
Et puis ce billet devait être posté juste après le 1er, comme ça, tu n’aurais pas trop tenu compte de la réutilisation et je ne serais pas passée pour une fainéasse.

J’en profite pour passer une news :
Si tu es toujours avide de lecture, que tu es une nana, que la mode du jogging à la Britney Spears post-accouchement ne te plaît pas du tout et que tu as besoin de création et d’aventure professionnelle le Guide des Mompreneurs vient de paraître, il est ici :

 

A demain

141 grossesse : Echographie de 3,5 mois

Aparté : mon cobaye préféré m’a dit que ce post était incompréhensible. Tu me diras, mon lecteur, s’il fonctionne ou pas.

Chers Hommes,

Je sais qu’ils y a parmis les lecteurs, des « mâles », car certains sautent le pas pour m’écrire. Ces messages sont précieux parce que rares.

Il m’est difficile de croquer le point du vue masculin sans le filtrer par ma perception. Je ne le dessine pas autant que je voudrais par souci de viser juste.
Je pourrai résumer les messages masculins que je reçois à ceci :
« Et ce que tu vas parler de nous, de la souffrance du père ? »

Oh oui, ne t’inquiète pas, je vais parler de toi, surtout si tu n’es pas du tout attiré par les enfants.
Dans ma vision femelle, le gars est très sollicité avant et au moment de la fabrication, puis il subit plutôt pendant la grossesse (quand il est celui qui n’en veux pas), et à la naissance c’est apocalypse.

Je lance une petite bouteille à la mer pour demander à ceux qui le souhaitent d’écrire leur réflexion et leurs ressentis à partir du moment où « elle a voulu un bébé »
Anonymement ou non, dans les commentaires ici, ou dans la messagerie en pv.
Pour donner quelques pistes :

_Vous n’en voulez pas, point barre.
_Vous en avez plusieurs et cela vous fait ni chaud ni froid.
_Vous avez le sentiment de vous sacrifier au quotidien et de ne plus trouver de « bonheur ».
_L’enfant a détruit votre couple parce que tout « l’équilibre » a radicalement changé et surtout… Elle a changé.

Hop, au boulot les gars !

X