Skip to main content

19 thoughts to “235 – L’apprentissage de la solitude ou le fardeau de l’enfant unique”

  1. Je suis ton blog depuis longtemps…Nos histoires sont parallèles. Je suis retombée sur ce post je ne sais pas trop comment et il me parle vachement…
    C’est dur quand on pas fait le choix de l’enfant unique de se dire qu’il va se prendre de pleine face une solitude sans pareil. Qu’il se la prend déjà d’une certaine manière même si on l’entoure de copains et qu’il a un chat^^
    Et en même temps, c’est chouette aussi de penser à tout le temps qu’on partage avec lui et qui lui donne des armes, de la confiance en lui, plein d’amour, autant de racines qui lui permettront surement de pousser et de trouver des étayages en dehors de nous.

  2. Aie…c’est plutôt l’angoisse de la mort qui m’ennuierait dans ce genre de conversation. J’imagine que vous l’avez déjà fait, mais je crois que c’est important dans ces moments de rappeler à l’enfant que les parents aussi vivent vieux (quand il aura 40 ans, vous en aurez 60-70, mais vous serez sûrement encore là). Et lui rappeler aussi qu’il aura sûrement déjà une compagne/un compagnon et peut être un/des enfants – donc qu’il ne sera pas seul. Mais on est angoissés à tout âge à l’idée de perdre nos parents…

  3. peu importe les frères et soeurs au final ce qui compte c’est d’aider ses enfants à se construire un entourage solide et drôle, qu’il soit du sang ou pas…
    et puis vous voyez ben moi je la gère toute seule ma vieille mère et pourtant je ne suis pas fille unique… comme quoi, c’est difficile de prévoir…

  4. J’adore tes dessins et tout, mais j’avoue que j’attends avec impatience bébé 2 pour toi avec tous les dessins qui vont avec, les fratries etc et… tu n’en veux pas???!!!
    J’ai été fille unique, j’ai détesté… j’ai beaucoup pleuré de voir les liens si uniques que mes copines avaient avec leurs frères et sœurs, liens que l’amitié ne compensera jamais…
    je me suis promis de ne pas faire un seul enfant, voilà chose faite j’en ai 2 avec seulement 20mois d’écart, c’est un bonheur permanent, une très belle complicité entre eux si merveilleuse que je n’aurais jamais eu la chance de connaître…
    je n’ai qu’une envie: un petit 3ème!

  5. La question que je me pose en lisant ce post, c’est : « mais quel âge a ton p’tit bonhomme ? », pour être si mûr et tenir de telles réflexions ! 😮
    On pourrait penser qu’il fait partie de ces enfants dits « précoces », qui tiennent des discours très pointus sur l

  6. Oh non, je ne suis pas tout à fait d’accord… Je suis aussi enfant unique, mais je ne me suis jamais sentie seule à partir du moment où j’ai eu le droit d’aller chez des amis et d’en inviter… j’ai toujours eu des amitiés extrêmement fortes, peu nombreuses mais qu’on pourrait qualifier de fraternelles, j’ai toujours été accueillie dans des familles formidables, que ce soit par mes amis, mon ex-mari ou mon nouveau compagnon…
    Ce qui me fait peur, c’est quand mes parents (divorcés, mais sans autre enfant que moi) vont vieillir et que je serai seule à l’assumer, à les aider…
    Je sais aussi que lorsqu’ils partiront, je ne serai pas seule à vivre cela. Mes amis seront là comme je suis là pour eux…
    Quant à l’ennui, oui là je suis assez d’accord, je me souviens m’être ennuyée petite 🙂 Heureusement qu’il y avait les livres et les dessins animés! N’étant pas très imaginative et mes parents ne jouant pas avec moi, je jouait peu. Mais j’ai de très bons souvenirs de livres et dessins animés!

  7. je suis désolée mais je ne peux que confirmer, je suis fille unique et quand mes parents partiront, ben je serais seule au monde …
    non c’est faux j’aurais deux monstroux et un poux pour m’aider, mais quand même … Pourquoi les parents ne sont-ils pas immortels ?

  8. L’enfant unique que je suis ne comprend que trop ton post.
    Je m’étais promis d’avoir au moins 2 enfants tellement j’ai été seule : fille de commerçants qui bossaient 15h/j-6j/7, je n’avais pas droit au centre de loisirs et autres colos parce que « certains encadrants abusent des petites filles » et je n’avais le droit d’inviter des copines qu’une fois par an et « pas plus de 2 hein parce que je n’ai pas que ça à faire » et en plus j’étais scolarisé dans une école loin de la maison (mais près du magasin pour que ça soit plus pratique) du coup je ne connaissais aucun enfant du quartier.

    Mon mari petit dernier de 4 enfants était le petit bébé « bonus » parce qu’avec la maison maintenant on a la place » mais arrivé 10 ans après les autres a souvent été seul aussi puisqu’il était trop petit pour jouer avec les autres.

    Verdict : on a fait 4 enfants en 7 ans et on est ravis même s’ils se chamaillent parfois ils sont tellement complices qu’on pense que c’était la bonne solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X