Le suivi médical d’une fausse-couche.

Aujourd’hui, c’est 9blogueurs,
Aujourd’hui, c’est le suivi médical pendant la grossesse !
Aujourd’hui, La Mite Orange a rejoint notre bande.

Aujourd’hui je suis aussi chez Magali pour un questions/réponses. Elle pose les questions, je réponds donc chez la Nouvelle Eloïse

Ton index connaît le chemin :

9blogueurs

Je tiens à préciser que ma position est la suivante :

Je soutiens le service public, les hôpitaux… Il est évident pour moi que le corps médical évolue en matière d’approche « humaine » envers le patient (malgré tous les problèmes de gestions, de manque de personnels, de moyens…). Bien que le traitement du patient puisse laisser à désirer, c’est volontiers que j’attendrai aux urgences, je ne mettrai pas les pieds dans une hôpital privé. Aujourd’hui, le corps médical a pris conscience de la nécessité de ce changement et se forme. On ne peut pas en dire autant du gouvernement, qui lui, ne paie pas les heures supplémentaires, ferment les maternités, impose des bilans financiers rentables aux centres hospitaliers, réduit le personnel…

Je vais peut-être la mettre dans le bouquin, celle-là ! :)

Cette entrée a été publiée dans 9 blogueurs 9mois, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Le suivi médical d’une fausse-couche.

  1. Agnès dit :

    Oh oui, dans le bouquin ! et l’envoyer au ministère de la Santé. Et demander aux lecteurs de l’imprimer et de l’envoyer aussi. Après tout, la stratégie de l’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) consiste en grande partie à envoyer des courriers en masse à des gouvernements qui pratiquent la torture : chaque mois un gouvernement est visé. C’est plus efficace qu’une pétition parce que le nombre de signataires se traduit concrètement en un gros tas de papiers dans une boîte aux lettres. Il faudrait aussi des dessins pour protester contre les fermetures de maternités. Il me semble que j’avais soumis aussi ce genre d’idée à Gélule (http://sous-la-blouse.blogspot.com/) qui avait fait un excellent article sur le problème des zones médicalement sous-dotées.
    Bonne continuation !

  2. ElleV dit :

    Rassure moi, tu n’as pas vécu cette scène ?

  3. D.Syne dit :

    C’est plus long à dire que « N°6″ ;)

  4. admin dit :

    ElleV,
    Quand j’ai eu ma fausse couche, la salle d’attente était remplie et le personnel débordé. Pour gagner du temps, une sage femme demandait au gens le motif de leur consultation, elle a ouvert mon dossier sur la table des magazines, et a discuté là, le tout après 3h d’attente. Je n’avais donc même pas le statut d’avoir le droit à être accueillie dans le bureau.

  5. Allobb dit :

    C’est honteux !

    Dans un autre registre, ce qui me consterne aussi, c’est le manque (l’absence ?) de suivi psychologique en cas d’infertilité.
    Parce que les « bon courage, vous allez y arriver un jour », ben on s’en lasse.

  6. karine dit :

    Très bon post!
    J’ai appris ma fausse couche lors de l’écho du troisième mois: « Ah, ils sont morts tous les deux! » a été la phrase d’annonce du gynéco… Sans commentaires… Ensuite, plus d’un mois et demi à prendre des médocs, à retourner faire des échos, à insister lourdement pour que le curetage ait lieu (parce que l’évacuation ne se faisait pas), tout ça pour faire une infection et manquer de passer l’arme à gauche… Un mois et demi passé à avoir l’impression d’être un cercueil sur jambes et à ne pas être entendue. Lamentable!

  7. Cox dit :

    Je valide la place dans le bouquin !
    Aaaah le suivi des fausses couches…
    Je me souviens de l’attente dans le couloir de la maternité, devant la salle d’échographie (« y’a déjà une patiente »), où les femmes enceintes defilaient devant moi… Moi j’avais cet embryon mort dans mon ventre, j’étais déjà toute nouée de voir ces « chanceuses » passer devant moi. Et là tout d’un coup, on entend le coeur d’un bébé battre à travers la porte de la salle d’échographie. Je me suis mise à pleurer et j’ai demandé à l’interne si je pouvais pas plutôt attendre dans le bureau… « Ah oui bien sur… Bon vous savez, médicalement parlant, c’est banal une fausse-couche… » Et humainement parlant ?

  8. Pollet dit :

    Tout cela me touche particulièrement. Je suis une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfants, je suis une femme qui a perdu un enfant: dans le jargon médical on parle de fausse couche mais je ne m’y fais pas!, et je suis une sage-femme…Je côtoie des gynécologues, des sages-femmes, des infirmières, des aides soignantes…qui sont fort sympathiques, d’autres moins, des qui sont super doués pour certaines pratiques et archi nuls pour d’autres, des personnes qui ont une capacité d’empathie très développée, d’autre où il faut gratter ++ pour l’apercevoir…bref des êtres humains avec leur limite et leur qualité…je ne sais pas toujours comment accompagner les patientes et leur famille, je fais tout mon possible mais parfois je suis sure que ce n’est pas assez! Je souffre de cette infertilité et je souffre des maladresses du monde médical mais dites vous qu’être confronté à la mort, car il s’agit bien de mort dans la perte d’un bébé aussi petit soit-il, n’est facile pour personne et elle éveille l’histoire de chacun. Certes il y a les gros balourds qui méritent un coup de pied au…pour qu’ils prennent conscience de l’impact de leur attitude et oui il y a d’énormes manques dans notre système de santé pour accompagner non pas la machine humaine mais l’esprit! Mais n’oubliez pas que vous avez en face de vous des Hommes qui parfois sont aussi chamboulés que vous sans le savoir! Ce n’est jamais facile mais il est important de leur dire! Car tout professionnel de santé doit remettre en question sa pratique. Dites le sur le moment ou écrivez leur!
    Bon courage à toutes!

  9. bourdaudhui dit :

    tres bon sujet , j’ai moi mm fais une FC e novembre , ne pouvant me deplacer j’ai appeler els urgence en expliquant mon cas , on ma dit de rapeler ds 10 min car avait autre chose a faire !!!!!! inadmissible

  10. Elodie dit :

    Pour nain1 on a cru que je perdais le bébé. J’étais en vacances, d’Italie en France puis en Belgique j’ai vu 3 médecins. 3 médecins qui m’ont dit: « La fausse couche, c’est classique et banal. Si ça arrive, c’est que ça devait arriver. »

    Quand ça fait 2 ans que t’essayes de faire un enfant, ça n’a rien de banal et je n’arrivais même pas à imaginer que ça puisse arriver.

    Des sans-coeur sans tact.. Brrr.

  11. pitchounette dit :

    oh oui va s’y mais la ds le livre!!
    je te soutiens a 100%!!!!!
    je n’ose même plus aller voir mon « super » gynéco car l’orsque je lai appelé pour lui demander quoi faire suite a une fausse couche il ma dis : c’est peu être tout simplement un déreglement hormonal arrêter de pleurer, bonne journée!!!! CONNARD!!!

  12. drapinette dit :

    Quand je lis ton post je trouve ça alarmant mais quand je lis les commentaires je trouve les réactions des personnels choquantes je crois que si ça m’arrivait le coeur de glace s’en prendrait plein la tronche (des mots doux bien sûr)!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>