Skip to main content

[Par Béatrice Knoepfler] : Lâchez-nous !

Bonjour à tous,

Le texte qui suit a été écrit par Béatrice Knoepfler dans un statut facebook. Je ne sais pas pourquoi il m’a touché. J’avais envie de lui donner une adresse afin qu’il ne se perde pas. J’ai donc demandé à l’auteur de l’héberger chez moi car je le trouve beau, pur et brillant. Elle m’a proposé de l’illustrer. En réalité, je pense que son texte n’a besoin d’aucun dessin.

Lâchez-nous,Béatrice Knoepfler, Juliette Merris

Lâchez-nous

J’aurais bien voulu le dire avec un peu plus d’élégance, mais… merde : lâchez-nous.
Lâchez-nous les cheveux, lâchez-nous la jupe – courte, longue, mini, midi, maxi – lâchez nous la robe, lâchez-nous les fringues.
Lâchez-nous les seins, arrêtez de nous en parler exclusivement sous l’angle de l’allaitement (lâchez-nous avec l’allaitement), du cancer ou des prothèses. Arrêtez de nous en parler tout court.
Lâchez-nous les poils des jambes, lâchez-nous l’épilation du pubis et des aisselles.
Lâchez-nous les rides, les ridules, la douceur et la maturité.
Lâchez-nous les choix, lâchez-nous la mère au foyer et la femme super-active.
Lâchez-nous avec l’opposition constante entre ce qu’on devrait être et ce qu’il faudrait qu’on soit.
Lâchez-nous la “condition féminine”.
Genre, et si vous cessiez de nous aborder, disséquer, renifler, juger avant tout parce que nous sommes des femmes ?
Sans les femmes, la Révolution française n’aurait pas eu lieu, la deuxième guerre mondiale n’aurait pas été gagnée, et aucun de nous ne serait là.
Toi qui me dit “hum, mignonne” ou qui me traite de pute, c’est ta mère que tu dragues comme un débile ou que tu insultes.
Les femmes représentent la moitié de l’humanité : la MOITIE de l’HUMANITE.
Lâchez-nous avec “tu dis ça parce que t’es une femme”.
Non, je dis ça parce que, comme tout le monde et jusqu’à preuve du contraire, je suis dotée d’un cerveau et que j’ai le droit de l’utiliser. Comme tout le monde.
Dernièrement, au forum de la Mixité de Bordeaux (4 mecs dans la salle, des centaines de femmes, mais mixité, hein), une jeune fille de 18 ans en école d’ingénieur a posé cette question aux intervenantes :
– “quand je viens à l’école en jupe, j’ai l’impression qu’on me prend beaucoup moins au sérieux, que dois-je faire ?”
La directrice adjointe de France 3 Aquitaine lui a répondu :
– “Ayez 18 et portez une jupe.”
Applaudissements.
Applaudissements ?!
Non, jeune fille, tu peux porter une jupe et avoir 2, 10 ou 22. Tu n’as pas à prouver ton excellence pour avoir le droit de porter ta jupe.
Lâchez-nous le féminisme, lâchez-nous la femme, la fille, la mère, la tante, la voisine, la cousine que nous sommes.
Lâchez-nous celle que nous sommes.
Lâchez-nous, vous les hommes, vous les femmes, qui vous échinez à nous appréhender uniquement et systématiquement en première intention parce que nous sommes des femmes.
Cessez d’être lâches : lâchez-nous.

A la suite de ce texte Béatrice renvoie à celui de Marlène Schiappa, qui met en relief l’absurdité des jugements concernant les vêtements portés par les femmes quelque soit le vêtement. (Marlène défend l’égalité homme-femme au travail depuis quelques années et l’égalité tout court.)
“Et lisez cet article de Marlène Schiappa : touche pas à ma jupe

3 thoughts to “[Par Béatrice Knoepfler] : Lâchez-nous !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X