Skip to main content

Pour ceux que l’auto-édition intéresse

Généralement, on choisit l’auto-édition parce que :

A – On a envie d’autonomie… de LI-BER-TÉ !!!

B – Son projet a été refusé par une ou plusieurs maisons d’éditions !

(Rayez la mention inutile)

Puis, on décide quand-même de continuer alors que les signaux étaient négatifs :

A – Parce qu’on pense être un génie incompris.

B – Parce qu’on retentera l’édition plus tard (sur un mal-entendu, on peut conclure) !

C – parce qu’on est fêlé du bocal…

Parfois on pense à ça :

Heureusement, on trouve du soutien :

Cette vidéo m’a bien motivée  : quand on connait tout ce qu’à réalisé Davy Mourier avec ses amis. (Monsieur Poulpe, vous connaissez ?) Ecoutez-donc, ce qu’il raconte !

Il faut bien s’entourer, sinon cela revient à écrire uniquement pour soi et n’être compris que par soi :

Il est très important AVANT DE COMMENCER à travailler de déterminer :

Le format de son livre. Vous allez vite vous apercevoir que le format joue sur les devis car l’imprimeur met plusieurs pages de BD pour former un un cahier. Si les cahiers sont mal agencés, ils vous en faudra plus et c’est dommage d’en sortir 15 alors qu’en diminuant de 1 cm la largeur par exemple, tout votre ouvrage contiendra en 10 cahiers. L’imprimeur peut vous aiguiller aussi pour cela.

le nombre de pages dont on aura besoin.

Couleur, noir et blanc, bichromie.  La couleur se calibre correctement afin d’obtenir un jaune qui est jaune et pas un jaune verdasse. Imprimer de la couleur coûte plus cher que du n/b et ou de la bichromie. CQFD.

Le poids. Parce qu’avoir un livre à 10 € auto-édité avec 12 € de port ça rebute un peu quand même. Les enveloppes en 40 x 50 cm ne rentrent pas non plus facilement dans les boîtes aux lettres, quoi qu’en pliant un peu… Le format conditionne les frais de ports et c’est dommage que des lecteurs intéressés par votre histoire, ne la lise pas non pas parce que c’est mauvais mais à cause des frais.

La qualité du façonnage : pour me montrer que c’était solide, un imprimeur que je suis allée voir n’a pas hésité à prendre le livre le secouer en le tenant par les pages, le faire tomber par terre et me dire « Voyez, la reliure… Elle tient. » C’est très convaincant !

La luminosité de l’écran n’étant pas celle du papier je vous conseille d’utiliser cette option d’Acrobat très pratique dans outils/prépresse/aperçu de la sortie cocher : « simuler la teinte du papier » pour vérifier vos teintes. Il doit y avoir un outil similaire sur InDesign.

Maintenant qu’on a nos devis, que l’on a choisi son imprimeur…

… on peut se jeter à l’eau !

J’ai souvent lu que pour l’auto-édition il était conseillé de faire un tirage à 200 exemplaires car une fois que votre mère, votre grand-mère et vos amis ont gentiment acheté votre chef d’œuvre, il en reste 190 pour caler des tables. Si vous êtes comme moi et que vous avez peur de prendre un sapin, vous pouvez faire un sondage grâce aux questionnaires (google form). Il faut être précis car demander « Bonjour, qui serait intéressé par mon chef d’œuvre ? » n’est pas pertinent. Par défaut tout le monde dira oui.

Une fois que vous savez combien d’exemplaires vous voulez tirer, c’est le moment de choisir entre impression numérique ou impression Offset. Ce choix est facile ET TRÈS important.

impression Numérique = petite série et cher.

impression offset = seuil minimum de 500 ou 1000 exemplaires en fonction des imprimeries mais cela divise le prix de l’impression numérique par 4, 5 ou 6… proportionnellement aux nombres d’exemplaires souhaités.

On me souffle en commentaire que pour un tirage de 1000 et +, (petits et moyens formats)  on peut choisir aussi d’imprimer en retiration (c’est comme l’offset, sauf que les deux côtés de la feuille sont imprimés en même temps, donc baisse des frais fixes). Merci Bichette !

Pour donner un nom d’imprimerie, Sepec, à Péronnas, propose des tarifs intéressants pour les petits tirages offset de BD, ils sont labellisés Imprim’vert et travaillent aussi avec de grandes maison d’éditions.

Voilà les amis, c’était la minute du tuto de l’auto-édition » !

Demain, je vous prépare un tour de magie.

BD : Il me manque quelqu’un : tout doit disparaître !

La BD passe de 17.25 € à 13.60 €. Les frais de port sont offerts. Elle demeurera encore quelques jours sur le site et sera supprimée. Je glisse à votre oreille que c’est bientôt Noël. Noël avant l’heure pour elle surtout !

Il me manque quelqu'un,BD,Juliette Merris

Bonjour tous,

Voilà maintenant 2 ans que cet album est auto-édité et vous le savez, je me suis lancée dans l’écriture de la suite que j’ai terminé en juin.

Chronologiquement c’est le 23 mai lors de la Journée Nationale consacrée à l’Infertilité que « tout a basculé ». Grâce à Cédrine Meier pour ne pas la nommer et grâce à Valérie Grumelin pour ne la nommer non-plus.

La première est l’initiatrice de cette journée nationale, de la nouvelle formule de Famili modernisant et dynamisant la vision de la maternité qui colle à la peau des parents d’aujourd’hui. Non satisfaite d’avoir déjà remanié le magazine, elle retravaille encore pour une nouvelle formule pour 2015 toujours plus proche des parents. Je dis « d’aujourd’hui » parce qu’à l’affut et fourmillant de nouvelles idées, elle connaît la course du mère de 3 enfants, le manque de sommeil, les journées à rallonge, les compromis travail/famille, les urgences de dernières minutes. Elle est dedans. Elle est vous, elle est moi et travailler avec elle est d’une simplicité sans nom.

La seconde est intervenue lors des conférences pour partager ses connaissances sur les problèmes liés à l’infertilité féminine et masculine en tant psychologue psychothérapeute. Dans les 5 minutes où nous nous sommes rencontrées elle a feuilleté mon livre, m’a proposé un super projet et d’apporter ma BD chez son éditeur.  Cela aurait pu être du vent. Mais j’ai pu vérifier que c’était une femme de parole. Elle dit que son travail, c’est de faire du bien au gens. Tu m’étonnes !

C’est comme cela que le tome 1 a viré dans une toute autre aventure. Porté un peu plus loin que le www par la bienveillance de femmes,  Cédrine Meier, Valérie Grumelin et Ségolène Finet premier ricochet d’une rencontre.

Je m’étais habituée à mon mon train-train d’auto-éditée. Je m’apprêtais à sortir mon tome 2 rapidement car j’avais mis 1 an à le dessiner. Imaginez le chamboulement.

Il me manque quelqu’un T1. va être publié en janvier 2015, entouré par une belle maison d’édition.

Une date certes lointaine, me diriez-vous mais c’est bien car il y a le Festival de la BD d’Angoulême en janvier, le bon mois pour la bande-dessinée.

J’ai la joie calme, écrire ce billet me semble surréaliste.

Si vous me suivez toujours, c’est là qu’intervient le tome 2.

Il va peut-être suivre son prédécesseur dans les rayons des libraires. Un doublet à quelques mois d’intervalles serait chouette. Je vous fait patienter pour celui-ci, j’en culpabilise et il va falloir patienter encore.

Avril ou septembre 2015 pour le T2.

C’est à ce moment là que vous dites en lisant « Avril 2015, c’est vachement loin ! » La seule chose que je pourrais dire c’est qu’il sera moins cher que moi (forcément puisque je n’ai pas, seule, la puissance d’un éditeur) et il n’y aura pas de frais port. 🙂 J’avoue, mes arguments sont lamentables…

Dans la semaine, je ferai un billet sur l’auto-édition et quelques points techniques qui ont l’air d’intéresser.

D’ores et déjà je peux dire que 2 choses sont très importantes :

1 ) Bien évaluer combien d’exemplaires imprimer.

2 ) Avoir de bons potes pour vous conseiller / corriger vos fautes et vous remonter le moral comme par exemple au hasard un Papacube 24h/24h saupoudré d’une Béatrice Knoepfler experte littéraire, une Mélissa Alcoléa aux yeux de lynx, une Lisa Isirdi print médaille d’or, une Marie Perarnau conseils précis de ninja, un Wako chasseur d’incohérences et une Fabienne Saqué dico de la BD, une Sophie Carray « Guirou » .

Je vais devoir retirer la BD du site d’ici quelques jours, j’ai adoré quelle soit là, je les ai toutes signées. Merci à toutes les personnes qui en ont dit du bien sur la toile !

Merci à tout le fun de la chaîne #2050, c’était génial !

BD : Le concours du vendredi : « Lecteurs, le défi »

Bonjour à tous,

Promesse faite, engagement tenu !

Je vous ai préparé une devinette pour ce week-end et comme promis, je compte bien vous faire ramer. Ceci avait été imaginé et manigancé depuis quelques mois c’est dire à quel point vous êtes cernés par le vice. Lorsque je l’ai publié, personne n’a rien vu, c’est dire ma satisfaction.
Chers Enquêteurs en herbes, Sherlock Holmes, N.C.I.S, Colombo, Derrick, ou Julie Lescaut, mettez vos baskets dans les starting-blocks pour ce nouveau concours ! Mais avant, je fais une annonce :

J’ai terminé le 2 ème album de Il me manque quelqu’un !

J’aurai mis 1 an à sortir ses 136 pages. Si vous cherchiez pourquoi je réalisais moins de billets illustrés sur le blog, n’allez pas plus loin, c’est entièrement de sa faute !
Quand est-ce qu’il sort ?
Bonne question ! Le blog, les bds bénéficient en ce moment de ricochets positifs, j’essaie de les porter le mieux possible et aussi de défendre d’autres projets. C’est pour cela que je ne l’ai pas imprimé tout de suite. Les deux vont certainement prendre un chemin différent et je les pousserai au maximum. Je vous en parlerai évidemment.

J’éprouve de la culpabilité à faire patienter en silence, à rester évasive alors voici les couvertures des 2 albums côte à côte :

Il me manque quelqu'un couverture

Et le recto verso :

couverture Il me manque quelqu'un 2

Place au concours maintenant :

Sur le blog se cache un rébus, à vous de le trouver et de le résoudre.

Envoyez-moi vos réponses par mail ou dans les commentaires. (Ne le faites pas sur facebook, ni sur twitter tout simplement parce que je ne peux pas aller à la pêche aux réponses sur tous les réseaux sociaux.)

Je donnerai des indices au fil de la journée en me délectant de vous voir patauger :

Hé non, il ne faut pas exagérer tout de même ! C’était un piège !

Hihihihihi ! Hin hin !

(Désolée pour le retard, je me suis réveillée tard. Vous devriez trouver avec cet indice.)

La planche était à ce lien http://jeveux1bebe.com/WordPress/ma-page-bd-avec-famili/

Je me suis bien amusée à faire jeu. Vraiment ! Je n’aurai pas réussi à vous faire mariner 48 ! Je me vengerai ! Je vous auraiiiiiiis !

Qu’est-ce qu’on gagne ?

Comme vous l’avez compris, je ne peux pas vous faire gagner le tome 2, ce sera donc le tome 1 dédicacé. A vous de jouer :

A + Colombo !

 

Salut lecteurs, salut patrons !

Salut lecteurs, salut patrons !

Lecteur, oh mon lecteur, être parfait illuminant ce blog de ta venue. Que tu as une mine resplendissante !

Tu as le pas léger comme une biche, sautillant avec allégresse !

Que tu me sembles beau, intelligent, cultivé et drôle.

Ton sourire est plus blanc que blanc que le blanchiment des dents de tous les acteurs Hollywoodiens réunis.

Puisque tu passes ici en pestant « Punaise, elle n’a encore rien posté aujourd’hui, quelle branleuse cette blogueuse ! » Je vais te mettre à contribution !

Tome 2, me voilà :

Je cherche un titre :

J’hésite entre un nouveau tout neuf ou bien garder Il me manque quelqu’un. et le sous-titrer : 2. tralala nouveau sous-titre.

A toi, qu’en penses-tu ? je rajouterai les commentaires ici sous forme de discussion … En fait comme c’est long, je vais répondre classiquement dans les commentaires

Je me demande si j’enlève les cases :

On m’avait conseillé de travailler sans, et de me passer de décors. Après introspection, je crois en avoir psychologiquement besoin. Mais… Cela pourrait aérer le récit…

A toi, qu’en penses-tu ? …

Mise en page :

Si j’aère la mise en page, il y aura plus de pages, ce sera donc plus cher. Pour le 1er, j’avais serré, avec les cases justement. J’ai découvert les joies du découpages, le Tétris de la BD. Alors, plus de pages, plus d’aérations ?

A toi, qu’en penses-tu ? …

Grand dilemme : le partage !

Je blogue parce que cela me plaît, pour le partage et tes/vos retours. Mais :

– Si je dessine la BD, j’ai moins voire plus de temps pour le blog. Ce qui n’est pas génial. Et toi tu as un beau bouquin avec 100 % d’illustrations nouvelles et une histoire complète à lire. Mais moi, je n’ennuie car je ne partage rien.

– Si je partage des pages sur le blog cela retire l’aspect inédit et découverte du livre, personne va l’acheter et je vais me retrouver avec un stock impressionnant de cales de table. Mais, c’est dans l’échange que je prends le plus de plaisir.

A toi, qu’en penses-tu ? …

Hermine : Ben moi pour faire un compromis, je proposerais bien que tu présentes ici genre 1/5 page. Comme ça tu partages et tu fais la promo de ta future BD. Je me vois pas bien acheter un livre dont je ne connais rien du tout de toute façon.

OK, je vois bien. Je n’ai pas envie de répéter non plus « extrait BD » « extrait BD » à longueur de blog. En tant que lectrice (aussi) je n’aime pas qu’on me rabâche qu’un bouquin où qu’un film est sorti tous les 2 articles ce qui me coince actuellement puisque cela représente 50 % de mon temps. Dilemme, dilemme.

 

200 : Le post de la mauvaise foi. Jeveux1bebe VS PapaCube

Cher parent,

Toute mauvaise foi qui se respecte a droit à la version adverse, j’ai nommé PapaCube. Nous avons décidé de vous offrir un billet plein de mauvaise foi. Je vais taper sur les papas, il va taper sur les mamans. Puis, si on est en forme et que l’on trouve le temps, PapaCube et moi continuerons cette série de combats de mauvaise foi parentale par blog interposés.

habiller son enfant,mamans vs papa,mauvaise foi

blog de maman,habiller bébé

 

Aparté BD :

Je remercie ces damoiselles pour leur gentillesse, pour leur sympathie, leurs petits mots semés de jolies choses au sujet de ma BD Il me manque quelqu’un.

Mamanana

Emoi-Emoi

Tout et rien à la fois

Madame rêve

Les lectures de chtites

Les tribulations de la tribu

Mon blog de bébé

La bande – D.Syne

Et parce que vous me comblez d’images sur facebook, j’ai crée une rubrique « vos photos« 

 

X