Skip to main content

Trompette le petit éléphant.

 
 
 
 
à partir de 18 mois
à l’Aktéon Théâtre
11 rue du Général Blaise, 75011 Paris
à 10h30 les mercredis, samedis, dimanches et tous les jours des vacances scolaires de Pâques
Jusqu’au 4 mai 2011 à Paris et cet été à voir en Avignon.
prix unique : 8 euros.
 
Résumé :
 
Trompette le petit éléphant est avide de découverte, il veut se faire des amis. Avec la rencontre de Victorine la tortue, les enfants découvre la vie des animaux sous-terre. Avec Lena l’hirondelle, le ciel et avec Siffleur le Serpent, le danger l’ennemi, la peur.  Chloé Houbart et Laurent Grais alternent conte de couleurs, marionnettes, ombre et lumière et chansons à la guitare.
 
Critique :
 
Salle 4/5
Petite salle, 60 places, comble, où il faut bien se caler. Qu’elle idée de venir avec des parents taille adulte assis au milieu des petits ! Les parents tous au dessus de la trentaine, type bobo, à en croire que les parents de moins de 30 ans ne sont pas intéressés par les théâtres. o_O
 
Décors 3/5
Le décor de la pièce est de fabrication « home-made », largement correct pour voyager avec les auteurs.
 
Mise en scène 3.5/5
Je dirai que les parties sur toile ombre/lumière étaient un peu moins captivante que les parties théâtrales et musicales. Les  auteurs/conteurs étaient très formidables, entraînants et expressifs. Le travail sur la toile un chouilla minimaliste à mon goût en comparaison au autres compositions très efficaces du spectacle.
 
Émerveillement 4/5
Cette alternance d’univers musicaux, contes et images est très bien rythmée ce qui garde le petit public captivé du début jusqu’à la fin. J’ai observé des yeux écarquillés, des bouches entrouvertes et des applaudissements de petites mains.
 
L‘histoire 5/5
Il y a une belle matière première à nourrir les yeux, les oreilles et l’esprit. Nos petits auront tout compris !

En conclusion :

Je salue la prestation scénique des auteurs, le contenu, la construction et le rythme de l’histoire. Je mets un tout petit bémol sur l’imagerie. Mais celle-ci n’est qu’un seul des différents supports à l’imaginaire représentatif du conte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X